Bikepacking: l’équipement nécéssaire

LES VENTES DE CYCLISME ont explosé en ce début d’année 2020, dépassant le milliard de dollars aux États-Unis. La bonne nouvelle, c’est que de plus en plus de gens font du vélo. La mauvaise nouvelle, c’est que vos pistes et itinéraires locaux préférés sont probablement encombrés de nouveaux cyclistes. C’est pourquoi il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour utiliser vos deux roues pour sortir des sentiers battus et partir à l’aventure.

En Plongeant dans les forums en ligne sur le cyclotourisme et le bikepacking et vous découvrirez rapidement qu’il existe de nombreuses options sur la manière de le faire correctement. Certains cyclistes préfèrent rouler léger en préférant acheter la nourriture au furt et à mesure et bivouaquer dans le fossé le plus proche pour dormir. D’autres ajoutent des kilos supplémentaires pour s’offrir le plaisir d’un repas chaud le matin et d’une tente au-dessus de leur tête le soir. Quel que soit le style, il y a certaines choses à prendre en compte, avant de se rendre à vélo dans l’arrière-pays en toute sécurité. Un constat unanime toutefois: Commencer par une nuit. Cette première étape vous apportera une première expérience et sera riche d’enseignements pour vos prochaines aventures.

Le vélo

C’est LE point de départ. Pas de vélo … pas d’aventures. Je reste toujours détaché des débats sur le choix du vélo et de la « meilleure option ». A mon sens le vélo le plus adapté est tout d’abord celui sur lequel vous vous sentez bien.
Pas de débat donc sur ce point, il est avant tout question de se faire plaisir !

un gravel Kona Sutra LTD 2020
Mon Kona Sutra LTD 2020 parfaitement adapté au bikepacking

GPS

Le Garmin Edge 1030 est sans conteste un must have quand on parle de GPS pour partir à vélo. Compacte, il dispose d’un écran de 8,9 cm de diagonale et offre d’excellentes fonctionnalités pour les longues sorties. La navigation sur l’écran tactile du Garmin vous permet de basculer facilement entre les cartes et les données, même avec un gant mouillé, et son autonomie de 24 heures peut être doublée en achetant un bloc d’alimentation Garmin Charge supplémentaire. Pour plus de sécurité, il utilise des capteurs de détection d’incidents pour détecter un accident, puis envoie une alerte à une liste de contacts préprogrammée. Il est également doté d’une fonction appelée LiveTrack, qui permet de visualiser en temps réel votre position pour que vos collègues puissent vous suivre si vous vous séparez ou que certains de vos proches souhaitent suivre votre itinéraire.

Un abri

Question cruciale lorsque l’on part sur plusieurs jours: Ou dormir ? Après une longue journée à pédaler sur les sentiers, certains préfèreront se poser au milieu de la nature dans une tente et d’autres préfèreront l’accueil et le confort d’un hôtel ou d’une maison d’hôte. Là encore, faites vous plaisir !
Pour le matériel, il convient de privilégier les gammes légères. Chaque gramme supplémentaire est un gramme à porter sur plusieurs centaines de kilomètres. Décathlon propose des modèles abordables qui feront le bonheur de nos nuits. Big Agnes propose aussi de belles références adaptées à la pratique du bikepacking comme par exemple cette tente légère et résistante.

Les tarps sont des solutions plus minimalistes et donc plus légères. Il s’agit basiquement d’une toile que l’on tendra pour se maintenir à l’abri de la pluie.

Un tarp ONYX de chez Big Agnes

Pour les étés, il est aussi possible de dormir dans un hamac. C’est la solution que je choisis généralement et mon Hamac de chez NatureFun est un excellent produit, léger et respirant.

Le sac de couchage

Il existe une large gamme de sacs de couchages avec des niveaux de technicités et donc de prix très différents.

Quelques conseils pour bien choisir son sac de couchage:

  • Choisir un sac dont la température de confort est compatible avec la météo, le lieu et les conditions de couchage
  • Faire attention au poids et au volume. Un sac de couchage trop lourd et/ou trop volumineux peut vite devenir un handicap
  • Garnissage synthétique ou naturel ? A température égale, le sac de couchage en synthétique est souvent plus lourd que celui en duvet. Attention toutefois, le sac de couchage en duvet est léger, compressible, très isolant et respirant mais il perdra de son pouvoir isolant s’il est mouillé.

Comment se nourrir ?

A moins de s’arrêter dans des restaurants (ce qui est parfaitement possible ;-)), il vous faudra prévoir de quoi boire et manger de long de votre parcours.
Comme le reste de votre kit, les aliments que vous transportez devront respecter des règles de simplicité et d’efficacité, c’est-à-dire des aliments à faible volume et à haut rendement calorifique, faciles à cuisiner. Pour le petit déjeuner, l’avoine et le miel sont parfaits. Pour le déjeuner et le dîner, essayez le riz, le quinoa, le couscous ou les nouilles instantanées comme base d’un repas, en ajoutant du poisson en boîte, de la viande séchée ou des légumes secs pour les protéines, et un cube de bouillon, du pesto ou un petit sachet d’épices pour le goût. Évitez les aliments facilement endommagés et périssables.

Si vous n’avez pas de réchaud, vous vous retrouverez à manger beaucoup d’aliments prêts à consommer et emballés. Bien que moins agréables, certains repas précuits peuvent être consommés froids, ce qui vaut la peine d’être envisagé, mais un régime composé de sandwiches, de fruits secs, de noix et de barres de chocolat est le plus courant. Essayez de vous arrêter au restaurant pour un repas correct une fois par jour si vous le pouvez – même si vous demandez à ce que votre nourriture soit emballée, avant de l’emporter dans un camp ou un bivouac.

Les sacs

On parle de matériel pour partir mais il est désormais question de savoir comment le transporter. Il existe de nombreux emplacements de disponibles pour porter notre matériel avec de nombreuses gammes de sacs, sacoches et autres solutions de portage. Je vous laisse le soin de (re)parcourir cet article qui présente une belle sélection pour partir à l’aventure.

BONUS: n’oubliez pas votre petit kit de réparation ! Ce petit kit de réparation (32€ sur Amazon) de chez Crankbrothers est un allié de choix 😉

2 réflexions au sujet de “Bikepacking: l’équipement nécéssaire”

    • Le Kona Sutra Ltd (de 2020) est à mon sens un excellent vélo. C’est toujours difficile de répondre à ce genre de question parce que les usages sont bien souvent spécifiques. En tout cas, il n’est pas un frein sur route que je « vélotaf » (30min / jour) ni un problème sur les sentiers plus techniques (montées et descentes). Maintenant ce n’est pas un VTT c’est certains mais tu prendras beaucoup de plaisir à rouler ce vélo.

      Répondre

Laisser un commentaire